ACCUEIL

PRESENTATION

HOSPITALITE / tarif

SITUATION PHOTOS

TRADITION du CHEMIN de SAINT JACQUES

La SIMPLICITE et chemin de Saint Jacques

NOS PELERINAGES

 

Admin

Traduire/Translate


 



qrcode

TRADITION DU CHEMIN DE SAINT JACQUES


Translate(way of Saint James)(anglais). übersetzen(Jakobsweg)(allemand).
翻訳する(サンジャックの道)(japonais).Przetłumacz(Ścieżka St Jacques)(polonais). 번역하기(슈맹 드 세인트 자크)(coréen). traducir(camino Santiago)(espagnol). översätta(Väg av St James)(suedois).přeloļit(tchèque). oversette(norvégien). išversti(lithuanien). traduce(roumain). oversaette(danois). Перевести(russe).



TRADITION
DU CHEMIN DE SAINT JACQUES


Cette tradition remonte à très longtemps.
Elle est connue en particulier depuis 951, date où Godescalc Evêque du Puy en Velay entreprend le pèlerinage à Saint-Jacques en Galice, comme un des premiers pèlerins français à se rendre à Compostelle.

La tradition du chemin de Saint Jacques s'est toujours bâtie et développée à partir de valeurs humaines et spirituelles s'exprimant dans des gestes simples et d'une grande intériorité pour les pèlerines et les pèlerins qui les vivent.
Comme ces trois exemples:


LES PIERRES QU'ON DEPOSE
SUR LE CHEMIN de SAINT JACQUES


Tout au long du chemin de Saint Jacques des pèlerins déposent des pierres au pied des croix, des statues de la Vierge Marie, des statues de Saint Jacques.

Simple croix de bois et "ses" pierres


Notre-Dame d'Aubrac

Souvent cette pierre qu'on dépose, qu'on laisse derrière soi, qu'on confie à Dieu directement ou par l'intercession de la Vierge Marie, de Saint Jacques, figure un poids qui nous pèse dont on s'allège.
Une pierre peut aussi être dédiée à une personne qui a besoin de... On confie alors ce besoin à la Croix, à Saint Jacques, à la Vierge Marie.


La pierre qu'on dépose à la Croix de fer


Ce lieu se trouve en Espagne sur le Camino Frances, entre Foncebadon et El Acebo à 1490m d'altitude.
C'est un énorme tas de pierres surmonté d'un simple poteau de bois avec en son sommet une croix de fer.

Ce tas de pierres, ce cairn, est constitué des pierres que les pèlerins y laissent depuis de très nombreuses années.


La tradition veut qu'un pèlerin avant de partir prenne une petite pierre du lieu où il habite, d'un lieu important pour lui et la porte dans son sac à dos jusqu'à la croix de fer où il la dépose.

J'ai toujours vu dans ce geste le fait qu'un pèlerin en déposant là cette pierre il met sa pierre à l'édifice qu'est le chemin.
Il intègre au chemin sa maison, sa terre.



Photo copyright Hospitalet Saint Jacques

Et sur le chemin, s'il n'y a pas de croix, dés qu'il y a un grillage et des morceaux de bois les pèlerines et les pèlerins fabriquent des croix.



MARCHER VERS COMPOSTELLE
et PORTER DES INTENTIONS


Tout au long du chemin de Saint Jacques vous rencontrerez des femmes, des hommes, qui vous diront "Priez pour moi à Compostelle".
Si vous acceptez, notez le prénom de cette personne. Vous devenez alors porteur d'une intention.

Vous rencontrerez des pèlerins qui marchent pour un malade, pour quelqu'un de décédé, pour quelqu'un qui ne peut pas faire le chemin alors qu'il en avait fait le voeu.


Dans la cathédrale du Puy, au moment de votre départ vers Compostelle.



Vous trouverez dans un panier, au pied de la statue de Saint Jacques, des intentions écrites que vous pouvez emporter et porter avec vous vers Compostelle.

Si vous en prenez une vous rejoindrez dès cet instant celles et ceux qui ne font pas seulement LEUR chemin, mais qui font leur chemin POUR et AVEC.


Vous ferez la riche expérience de la COMPASSION

Si vous pensez ou priez pour cette personne dont vous portez l'intention, sachez qu'elle doit sûrement elle aussi penser ou prier pour le pèlerin qui la porte.

LA COQUILLE
MISE AU DESSUS DE LA PORTE DE SA MAISON

Lorsqu'une pèlerine, un pèlerin, rentrait de son pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle, il est dans la tradition qu'il mette une coquille sur sa maison.
Coquille visible depuis la rue, souvent au dessus de la porte.



La signification de cette coquille est: j'ai accompli le chemin de Saint Jacques en pèlerin et je suis toujours pèlerin.
Pèlerine, pèlerin, si tu passes devant ma maison et que tu as soif, que tu as faim, que tu es fatigué, que tu es blessé, que tu cherches un lit. Frappe à ma porte je serai heureux de te redonner ce que j'ai reçu sur le chemin.




Depuis que la tradition du chemin de Saint Jacques existe elle s'est nourrie, s'est fortifiée, a grandi.
Elle s'est construite et a été de plus en plus vivante grâce à tout ce que les pèlerines, les pèlerins et tous ceux qui prennent soin d'eux, ont porté et apporté comme un don, un héritage à transmettre, à ce chemin de pèlerinage:

Le vécu de belles valeurs humaines-religieuses-morales-spirituelles.

Le vécu concret de l'Hospitalité, du "prendre soin" des pèlerins. Où l'argent n'a pas sa place ou une juste place.

De beaux monuments, des œuvres d'art, édifiés par des hommes et des femmes qui ont leur foi dans leurs mains.


Icone de Saint jacques le Majeur dont l'original est dans notre gîte
(Photo copyright Hospitalet Saint Jacques)

Et au dessus de tout la Protection de Saint Jacques le Majeur.
Ce qui fait que ce chemin dure depuis si longtemps et qu'il répond à ce que cherchent de plus en plus d'hommes et de femmes.


LE CHEMIN VERS SAINT JACQUES DE COMPOSTELLE et MUXIA
N'EST PAS SEULEMENT UN CHEMIN.
C'EST AUSSI UNE VOIE
POUR LES PELERINES ET LES PELERINS QUI FONT LE CHOIX
D'Y MARCHER AUSSI INTERIEUREMENT.


La tradition du chemin de Saint Jacques n'a rien à voir avec un quelconque traditionalisme, dans le sens courant utilisé aujourd'hui, qui implique un combat mené pour ou contre quelque chose ou quelqu'un, quelque fois jusqu'à un militantisme.

Et si vous me le permettez, je n'ai rien à voir avec un quelconque traditionalisme concernant le chemin ou quoique ce soit d'autre.




J'aime et je défends la tradition du chemin de Saint Jacques telle que j'ai pu la vivre concrètement en tant que pèlerin depuis 1980 date de mon premier pèlerinage entre Le Puy, Compostelle, Finistera et Muxia, jusqu'à aujourd'hui:

- Dans la simplicité, le vivre avec peu.

Mais avec un bon équipement me permettant de ne pas souffrir de la faim, du froid, de la pluie, de la chaleur.

- En prenant mon temps, en dégustant mon chemin.

- En prenant autant soin de mon être intérieur que de mon corps.

- Avec un budget juste et maîtrisé ce qui est un gage de paix intérieure.

- Dans les années 80 en dormant d'abord "chez l'habitant", il n'y avait que cela. Puis plus tard, volontairement dans les hébergements à tarif bas.

- En cuisinant mes repas. Les partageant avec les autres pèlerins et les hospitaliers.

- A pied en portant mon sac à dos.
Et maintenant en utilisant un chariot Mottez sur lequel est posé mon sac à dos, avec beaucoup de satisfaction.


PELERINE, PELERIN,
ETRE SUR LE CHEMIN AVEC CES CHOIX
TU PEUX ENCORE LE VIVRE.
IL TE SUFFIT DE LES CHOISIR.

ENSUITE IL TE FAUDRA VEILLER SUR CES CHOIX, SUR TES CHOIX,
AFIN QUE RIEN NI PERSONNE NE TENTE DE T'EN FAIRE CHANGER.
C'EST D'ABORD TOI QUI DECIDES COMMENT TU FAIS TON CHEMIN.
PUIS LE CHEMIN TE FERA.


L'argile c'est toi.
Laisse faire les mains du potier.

J'aime et je défends la tradition du chemin de Saint Jacques parce que j'ai souvent été témoin que c'est encore et ce sera toujours un des rares lieux où, si on est sur ce chemin en choisissant de respecter sa tradition:


Il est possible de rallumer sa lampe éteinte par un drame,
de la raviver si elle est fatiguée.

Il est possible de garder sa lampe allumée et d'y faire une grande provision d'huile pour l'alimenter et qu'elle brille longtemps.


C'est ce que j'ai vécu et que je souhaite partager.

Et redire que cette belle tradition
est toujours vivante et présente aujourd'hui.
IL TE SUFFIT DE CHOISIR
de la vivre physiquement et surtout intérieurement.




ON EST DANS LA RECHERCHE, LA QUETE, DE L'ETAT DE PELERIN
DES QU'ON DECIDE DE PARTIR.

LA PREPARATION DU CHEMIN AVANT DE PARTIR ,
FAIT PARTIE DU CHEMIN de SAINT JACQUES.

ETRE PELERIN de SAINT JACQUES.
CE N'EST PAS FAIRE LA COURSE AU "LE PLUS" :
LE PLUS LEGER, LE PLUS VITE, LE PLUS LOIN, etc...
CE N'EST PAS "FAIRE COMME" LE GROUPE.
LES COPAINS ON LES RETROUVE LE SOIR AU GITE.
C'EST FAIRE SON CHEMIN,
EN LE PREPARANT puis EN Y MARCHANT
AVEC SIMPLICITE, EN PRENANT SON TEMPS.

ETRE PELERIN de SAINT JACQUES
CE N'EST PAS LE PARAITRE MAIS L'ETRE,
SUR LE CHEMIN, PUIS AU RETOUR DANS LA VIE.




QU'ELLE ETAIT LA TRADITION SUR LE CHEMIN
JUSQU'AVANT 2008 environ ?


Chaque jour, à chaque étape nous organisions notre repas du soir et notre petit déjeuner rarement individuellement très souvent collectivement et nous partagions les frais qui étaient très faibles.


Repas en commun dans un gîte.

Nous cuisinions tous ensemble ces repas dans la cuisine des gîtes et nous faisions la vaisselle ensemble.
Ce qui donnait lieu à de très bons moments qui sont restés de très beaux souvenirs.

Jamais nous ne considérions qu'un gîte pèlerin était "comme un hôtel pas cher".
Que le repas et le petit déjeuner devaient être "comme au restaurant".

Jamais nous ne jugions les gîtes et les hospitaliers.
Jamais nous ne faisions de comparaison entres les gîtes.
Nous étions heureux de ce qui nous était offert et proposé, pour cela nous disions merci.

Document affiché dans notre maison depuis 2008.
Photo copyright Hospitalet Saint Jacques

Jamais nous n'entendions la moindre remarque négative d'un hébergeur sur un autre hébergeur.

Jamais un hébergeur ne tentait de nous envoyer chez un autre hébergeur membre de la même liste/réseau que lui.

Quand un hébergeur écrivait qu'il était un ancien pèlerin c'était dans la vérité: il avait marché tout le chemin, en portant son sac à dos, en dormant dans les gîtes. Et ça nous le sentions rapidement et parfaitement sans qu'il en parle.

Nous proposions de l'aide à celle ou celui qui nous donnait l'Hospitalité dans leur maison.
Par des gestes simples nous les aidions.
Exemples: Jamais un pèlerin ne quittait un gîte le matin sans avoir plié les couvertures qu'il avait utilisé, sans avoir lavé essuyé et rangé sa vaisselle.
Si nos hôtes nous faisaient le repas du soir, qui était toujours copieux mais simple, nous aidions en servant les plats, en desservant, en faisant la vaisselle.



Nous dormions dans des dortoirs.
C'était, avant le repas, des moments de retrouvailles et de franche rigolade qui amplifiaient notre fraternité.
Jamais nous n'entendions le mot "promiscuité".
Si les lits étaient superposés, les lits du bas étaient laissés aux plus âgés d'entre nous. Spontanément les plus jeunes changeaient de lit.


Nous marchions, en portant notre sac à dos.
Si l'un d'entre nous était blessé on le soignait au bord du chemin. S'il arrêtait 1 ou 2 jours il repartait en faisant de nouvelles rencontres.
Le soir dans les gîtes en France et les albergues en Espagne on ne se retrouvait qu'entre pèlerins ayant porté leur sac à dos et qui avait marché toute leur étape, ce qui nous unissait dans la même fatigue et les mêmes joies. Le besoin de repos de chacun était respecté.

Jamais il n'était même pas évoqué, envisageable, d'utiliser un véhicule quel qu'il soit (train, bus, taxi, transporteur, véhicules dits "d"accompagnement", etc...) pour sauter des étapes voire des tronçons du chemin.

Jamais on n'entendait pas ces expressions toutes faites qui excusent pour certains le fait de ne pas marcher, de "faire comme s'ils l'avaient fait", de faire transporter une valise de 15kg d'étape en étape.
De réserver 4 à 6 mois avant. Prendre des places dans les gîtes au risque que celles et ceux qui marchent et portent leur sac à dos n'en trouvent pas.
Je les cite pour avoir souvent entendu ces expressions: "Chacun son chemin. C'est ça aussi le chemin. Le chemin est à tout le monde. J'ai bien le droit de... Vous n'avez qu'à faire comme nous et faire transporter vos sacs!".

Jamais nous ne réservions longtemps à l'avance, au maximum 3 à 4 jours avant. Nous ne voulions pas être contraints par un programme qui pouvait être modifié par la météo, une blessure, la fatigue. Pour nous le chemin ce n'était surtout pas des contraintes du type "je dois dois être tel jour à tel endroit". On voulait pouvoir s'arrêter quand on voulait, y compris en passant devant un gîte pour lequel on avait un coup de cœur.

Jamais une réservation ne nous était refusée parce qu'on ne prenait pas la demi pension.


Un 1er mai montée du Cebreiro sur le Camino Frances

Jamais nous ne parlions du poids du sac à dos.
Chacune et chacun avait dans son sac ce qu'il fallait pour marcher par tous les temps sans souffrir.

Jamais nous ne parlions de vitesse de marche, d'heure de départ et d'heure d'arrivée, de nombre de kilomètres par jour.
Il n'y avait aucun esprit de compétition entre nous.
Celle ou celui qui avait marché 15km à 3km/h était autant pèlerin que celle ou celui qui avait marché 30km à 5 km/h.


Jamais nous ne recherchions la difficulté s'il était possible de cheminer avec moins de fatigue.
On n'est pas plus pèlerin parce qu'on monte à 1450m.
La traversée des Pyrénées entre Saint Jean Pied de Port et Roncevaux est un bon exemple.

Les expressions "Esprit du chemin", "Esprit pèlerin", etc.. avaient une valeur fondée sur la vérité et n'étaient pas récupérées pour déguiser le mercantilisme.
Quand un hébergement utilisait le nom de Saint Jacques ou le nom d'une Sainte ou d'un Saint ou les mots "pèlerins", "pèlerinage" "Compostelle", "Partage", "Ressourcement", "Convivialité", cela avait un sens qu'on pouvait vivre concrètement dans cette maison et dans les actes et propos tenus par les hospitaliers.
L'usage de ces noms et de ces mots n'était pas détourné. Pour un hébergement ce n'était jamais uniquement une enseigne commerciale destinée à attirer les pèlerins.



Nous marchions souvent seul ou en couple, à notre vitesse, sans faire de trop longues étapes (pas plus de 25km), en s'arrêtant souvent pour admirer, avec de long moments de silence.
Le temps mis pour faire l'étape n'avait aucune importance.


Nous nous arrêtions dans les églises, les chapelles, chacune et chacun pour un temps selon sa spiritualité.

Le soir nous nous retrouvions pour partager dans la joie et la fraternité un repas simple préparé en commun dans le gîte ou préparé par notre hôte à prix bas et tous autour de la même table sans distinction de demi-pension ou pas.
Jamais celles et ceux qui n'achetaient pas la demi pension n'étaient mis à part pour le repas.


DE CES MOMENTS DE SIMPLICITE, DE PARTAGE,
DE FRATERNITE
DES VALEURS HUMAINES ET SPIRITUELLES
GRANDISSAIENT EN NOUS.
NOUS EN TIRIONS BEAUCOUP DE BIENFAITS
et DE MERVEILLEUX SOUVENIRS


Pèlerine, pèlerin,
il ne s'agit pas de nostalgie d'un temps passé,
puisque cela est toujours possible,
selon tes choix.




ETRE PELERIN
CE N'EST PAS EXIGER.
ETRE PELERIN C'EST ACCEPTER LA SIMPLICITE.
PUIS UN JOUR LA SIMPLICITE TU LA RECHERCHERAS
C'EST A CET INSTANT QUE TU SERAS
A LA RECHERCHE DE L'ETAT INTERIEUR DE PELERIN.

Notre maison, notre site internet sont destinés à celles et ceux qui recherchent cet état de PELERIN, pour les aider.

Parce que maintenant vouloir faire son chemin de Saint Jacques
EN PELERIN demande A VEILLER DE RESTER DANS SES CHOIX.




CELA EST POSSIBLE et l'a toujours été :

Pèlerin, tu trouveras dans notre site internet deux articles :

- "GITES / HEBERGEMENTS VOIE DU PUY" 2020.

CLIQUER ICI

- "GITES / HEBERGEMENTS CAMINO FRANCES" 2020.
CLIQUER ICI

Tu pourras lire dans ces 2 articles que :

Pour la voie du Puy, un très grand nombre d'hébergements ont un tarif pour une nuit inférieure ou égale à 15/16€.

Pour 2020, nous donnons de très nombreuses adresses de gîtes sur la voie du Puy, ayant un tarif pour une nuit inférieure ou égale à 15/16€.
Et plus de très nombreuses adresses d'albergues pour le Camino Frances.
Soit un total de plus de 170 adresses entre Le Puy et Compostelle.


Pour la voie du Puy, beaucoup d'hébergements ont une cuisine gratuite à disposition des pèlerins en permanence.
CE QUI EST TRES IMPORTANT.

Pour le Camino Frances un très grand nombre d'hébergements ont:

- Un prix de nuitée bas 8€ à 11€.

- Une cuisine à disposition avec ravitaillement sur place.

Pèlerin tu peux en plus avoir l'équipement te permettant de limiter tes frais et d'avoir une autonomie:

Voir notre article " SAC A DOS et EQUIPEMENTS DU
PELERIN DE SAINT JACQUES".


IL EST DONC POSSIBLE DE FAIRE LE PELERINAGE
VERS COMPOSTELLE
PAR LA VOIE DU PUY
et LE CAMINO FRANCES
AVEC UN BUDGET TRES RAISONNABLE
MAIS COMME UN PELERIN


L'IMPORTANT C'EST DE PREPARER TON CHEMIN.
TON EQUIPEMENT TE PERMETTRA DE BIEN LE VIVRE
et de MAITRISER TON BUDGET.
CHOISIS BIEN TES HEBERGEMENTS.
TON BUDGET SERA RESPECTE SELON TES CHOIX,
SELON TA FACON DE FAIRE TON CHEMIN,
CELA TE DONNERA LA PAIX INTERIEURE.




MAIS SI VOUS AIMEZ
LE CHEMIN DE SAINT JACQUES TEL QU'IL A TOUJOURS EXISTE
DANS SA TRADITION,
ATTENTION.

IL EN EST DU CHEMIN DE SAINT JACQUES COMME DU SEL.
SI LE SEL EST DILUE IL PERD SA SAVEUR.
QUE DEVIENDRA LE CHEMIN SI ON LE DILUE
AVEC LE MERCANTILISME (l'argent mis au dessus de tout),
AVEC LA RECHERCHE DE LA MISE EN VALEUR DE SOI,
AVEC LA PERTE DE LA RECONNAISSANCE DE L'EFFORT,
AVEC LA PERTE PROGRESSIVE DE L'IDENTITE DU CHEMIN,
AVEC LA PERTE PROGRESSIVE DE CE QU'EST UN PELERIN,
AVEC LA PERTE PROGRESSIVE DE LA TRADITION DU CHEMIN.
AVEC QUI et AVEC QUOI RENDRA-T-ON SA "SAVEUR" AU CHEMIN ?
AVEC QUI et AVEC QUOI RENDRA-T-ON SA LUMIERE AU CHEMIN ?

QUI SE PREOCCUPE DU FAIT
QUE TOUTE PERTE D'UNE PARTIE DE LA TRADITION DU CHEMIN
ENTRAINE UNE PERTE D'UNE PARTIE DES VALEURS DU CHEMIN
DONC D'UNE PERTE DE CE QUI EST TRANSMISSIBLE
A CELLES ET CEUX QUI EN ONT TANT BESOIN ?



Notre Dame de la Barque à Muxia.
Là, on s'arrête pour dire merci et on pleure de joie.
Là s'arrête un chemin, un autre commence:
rentrer à la maison et redonner.




Ne pensez surtout pas que la fin de mon article est dans le négatif ou le désespoir, bien au contraire.

Ne pensez surtout pas que je suis dans le traditionalisme et encore moins dans la polémique...

Le but de cet article comme celui de notre site internet et celui de notre gîte, c'est de souhaiter le meilleur aux pèlerines et aux pèlerins pour que la totalité de leur être profite au maximum du vécu dans la tradition de leur chemin de Saint Jacques.
Et que cela porte des fruits pendant longtemps.


Pèlerine, pèlerin, il est important que tu saches qu'il y a des pèlerins et des anciens pèlerins qui veulent que la tradition du chemin de Saint Jacques continue d'exister intégralement, qu'elle reste vivante, qu'elle progresse, qu'elle reste accessible à toutes et à tous pour la vivre en dépensant peu.
Parce que nous savons que ce chemin t'apportera grâce au vécu de sa tradition tout ce dont tu as besoin en le vivant à pied en portant ton sac dans la lenteur, la simplicité, en t'occupant autant de ton corps que de ton être intérieur.


Et après ton chemin ce que tu as acquis tu continueras de le vivre et tu le transmettras.




Je mets mon espérance en celles et ceux qui ont le discernement, la capacité d'analyse et de réaction, l'intelligence du cœur, la sagesse, l'amour de ce qui est vrai et beau, qu'ils soient pèlerines ou pèlerins ou hospitaliers.

Je mets mon espérance dans celles et ceux qui feront que le chemin de Saint Jacques ne pourra jamais perdre sa tradition, les valeurs humaines et spirituelles qu'il propose, qu'il donne à profusion à celles et ceux qui les recherche et font tout pour les recevoir, qu'ils soient pèlerines ou pèlerins ou hospitaliers.


+Père André
Gîte Hospitalet Saint Jacques
Aire sur l'Adour


Haut

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
MENTIONS LEGALES
"Hospitalet Saint Jacques" est une marque déposée à l'INPI
depuis le 06 février 2007 pour ce qui concerne les hébergements de courte durée donc les gîtes et chambres d'hôtes.


Nous ne sommes partenaires avec aucun hébergement, société, organisation, association, "liste" d'hébergements.
Toute mention nous y concernant est mensongère.


La seule version de ce site internet qui nous engage légalement est la version rédigée en français.

Des sites internet et des guides nous mentionnent sans notre accord.
Certains diffusent de fausses informations nous concernant, que nous avons demandé de supprimer. Ce qu'ils ne font pas.
Nous ne reconnaissons comme valide que ce qui est édité avec notre accord, après un contact direct avec nous.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nous n'avons aucun engagement commercial ni accord avec les marques, les équipements ou les hébergements cités dans notre site et nos articles.
Ceci pour préserver notre et votre indépendance.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
La totalité de ce site internet, les textes et photos à la lecture ainsi que ceux archivés qui ne sont plus à la lecture, les photos marquées d'un copyright, sont la propriété littéraire et intellectuelle (suivant les termes de la loi n°57-298 du 11 mars 1957)
des propriétaires du gîte Hospitalet Saint Jacques[R].
De même pour les articles et photos archivés qui ont été mis en ligne dans notre site internet et qui n'y figurent plus.


Droits d'auteur / Copyright:
A dater du premier janvier deux mille huit (01/01/2008) l'ensemble du contenu de ce site en langue française, anglaise, allemande et en toutes langues
relève de la législation française et internationale (convention de Berne) sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle.
Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris à l’égard des représentations iconographique et photographiques.
Toute utilisation non expressément autorisée par écrit ou toute représentation totale ou partielle de ce site,
par quelque procédé que ce soit, est strictement interdite sans autorisation préalable et écrite du propriétaire du gîte Hospitalet Saint Jacques(R)
et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L111-1 et suivants ainsi que les articles L 355-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Site créé avec Phortail 2.0.12
PHP version 5.6.40